Journal – Octobre 2019 – Premier bilan et préparation de la Saison 2

Notre première saison s’achève sur deux notes positives : le projet trouve un écho chez certains fleuristes et auprès de particuliers, et nous commençons doucement à tisser des liens avec l’hôpital. Le modèle économique reste évidemment encore à trouver (nous sommes encore loin d’être rentable), mais nous sentons que nous avançons sur le bon chemin. 

Bilan des ventes

Concernant les ventes, le bilan est modeste mais encourageant : nous avons vendu quasiment tout ce que nous étions en capacité de produire en qualité cette année. « En qualité », car sur nos 220m2 cultivés cette année, seulement la moitié a été réellement valorisée. Pour les autres parcelles, ou bien les fleurs sont sorties trop tôt (aneths et nigelles par exemple), ou bien nous avons planté trop tard (tournesols, pois de senteurs, …), ou bien nous avons mal conduit les cultures (centaurée ou oeillets mal tuteurés). Certains choix de variétés sont également à revoir : fleurs magnifiques mais non adaptées en bouquet (tige molle ou cassante, mauvaise tenue en vase, …), ou tout simplement pas au goût des fleuristes. 

Or, pour une micro-ferme, l’enjeu est de réussir à valoriser le maximum de tiges produites et de limiter les pertes. C’est un vrai défi d’avoir un bon rendement au m2 sans recourir à des artifices chimiques ou technologiques (donc consommation d’énergie). 

Nous devons ici remercier les fleuristes qui nous ont fait confiance pour notre première saison, c’est aussi grâce à eux que le projet existe et va se développer.

Côté particulier, notre participation à « La terre au carré » sur France Inter et « Silence ça pousse » sur France 5 nous a fait une belle publicité. Nous avons vendu chaque semaine des bouquets, mais nous devons repenser à la fois la façon de vendre et nos jours de vente, car malgré le plaisir que nous avons à cueillir et préparer les bouquets, nous perdons malheureusement trop de temps à les faire à la demande, surtout au prix où ils sont vendus (20 euros).

Nous prendrons le temps en décembre de faire notre bilan détaillé de la saison, mais nous avons déjà identifiés de nombreux axes d’améliorations pour l’année prochaine, que ce soit sur l’organisation du travail, les aspects pratiques, la valorisation ou le choix des espèces et variétés proposées.

Financement

Côté finance, nous n’avons pas pu bénéficier du programme d’aide à l’agriculture urbaine de la région Ile-de-France car notre agriculture n’est pas alimentaire. Nous regrettons profondément ce choix : l’horticulture française a besoin de soutien. 

Pour continuer l’activité,  nous avons besoin d’investir pour acheter des plants de vivaces, des bulbes, et du matériel (une serre, un vélo adapté et une remorque, …). Nous avons donc emprunté 12.000 euros à la Banque Populaire, avec le soutien de France Active (via Paris Initiative Entreprise) qui garantie le prêt et le complète via un prêt d’honneur à hauteur de 10.000 euros. Ce dispositif nous est très précieux, car le prêt d’honneur est libre d’utilisation. Nous y reviendrons dans un post dédié au montage du projet (on nous pose régulièrement des questions à ce sujet). 

A ce jour, comme pour beaucoup d’entrepreneurs au début de l’activité, nous ne pouvons pas nous verser un salaire. Ce sera un des enjeux de notre année 2. 

Lien avec l’hôpital

Nous avons présenté deux ventes sur table pour le personnel de l’hôpital en sortie de réfectoire, nous avons été très bien accueilli et les messages de soutien nous font toujours très plaisir. Nous avons également reçu quelques commandes de bouquet du personnel. 

Nous aimerions ouvrir les jardins pour le personnel de temps en temps pour qu’ils puissent profiter de l’espace et s’y promener, voire prévoir des espaces pour que ceux qui le souhaitent puisse aussi jardiner, c’est en cours de discussion avec la direction. 

Nous allons également travailler cet hiver sur un programme d’atelier avec la Maison de l’Enfant qui nous a rendu visite, pour que les jardins deviennent aussi une source de distraction pour les enfants de l’hôpital. 

Fin de saison et préparation de la saison 2

L’objectif pour notre prochaine saison est d’étendre au maximum notre période de production (donc de vente), en proposant deux collections : printemps (avril – juillet) et été-automne (juillet – octobre). Nous avons sélectionné un large panel d’espèces pour varier les plaisirs et tester différentes tiges, nous avons très hâte de voir ce que cela va donner. 

La période a été (encore une fois) très chargée : il faut gérer les ventes, conduire et entretenir les cultures, livrer, faire des bouquets, mais aussi sélectionner les plants et travailler les nouvelles parcelles. Nous avons heureusement eu des renforts bénévoles pour nous aider, notamment Sandrine (la fidèle voisine qui dépote), Arnaud (maintenant exilé à Londres) et Colin (notre copain des bois). Une grosse pensée pour Lauriane qui part pour Mariotte et avec qui on aurait adoré continuer à travailler. Un immense merci à tous !

En novembre, il nous faudra terminer les plantations, et démonter les parcelles annuelles pour mettre le site au repos pendant la pause hivernale. La principale difficulté reste la fatigue physique :  la terre colle et devient lourde, et les journées sont froides et pluvieuses… il ne faut pas tomber malade, c’est la dernière ligne droite de notre marathon !