Journal – Juillet 2019 : Fin des plantations, premières fleurs et financement

Bonjour à tous,

Quelques nouvelles de notre petite ferme florale. Nous avons terminé hier nos plantations pour les annuelles été/automne 2019. Ce que nous avons fait en 3 mois est à la fois trop peu mais déjà beaucoup. Côté déception, nous avons raté certaines espèces pour différentes raisons (semis qui n’a pas bien germé, coup de chaud pour les plants, manque de temps pour préparer les parcelles, temps perdu pour récupérer certains matériaux, saison trop avancée, …). Au final, nous cultivons 32 parcelles de 7,2m2, soit 230m2. La saison prochaine, nous espérons au minimum tripler cette surface cultivée, en préparant mieux la saison. 

Si on regarde maintenant le travail accompli : en 3 mois, nous avons semé, élevé et planté 1721 plants (sans compter le lin et le sarrasin, semé à la volée). Nous avons surmonté les deux vagues de chaleur, notamment grâce au paillage que nous avons pu récupérer sur les coteaux de la Porte des Lilas. La différence de température entre un sol paillé et non paillé est impressionnante, c’est une technique très efficace, mais qui prend beaucoup de temps. Et surtout nous avons vendu nos premières fleurs, ce qui est une étape encore modeste mais très importante pour nous.

Si un jour on nous avait dit qu’on ferait notre foin à la Porte du Pré Saint Gervais !

Certaines fleurs (nigelles, centaurées, nicotiana) sont déjà sorties, d’autres devraient éclore progressivement jusque septembre. C’est toujours une joie quand la première fleur d’une variété dont nous rêvions il y a quelques mois apparaît enfin. 

Nous allons maintenant entretenir les plantations et les tailler : il faut accompagner la plante pour qu’elle donne un maximum de tiges que l’on puisse vendre (fleur généreuse, longue tige) tout en étalant la floraison dans la durée (donc veiller à ne pas épuiser la plante). C’est un jeu subtil qui commence, un dialogue entre la plante et le jardinier.  

Le mois d’août est traditionnellement une période de creux pour la vente de fleurs : c’est dommage car c’est aussi un des mois les plus productifs. Un des enjeux d’un bon plan de culture pour les annuelles est donc de créer deux pics de floraison : le premier en juin/juillet, et le second en septembre/octobre. 

Ces prochaines semaines, nous allons préparer le plan de culture pour cet automne : fin octobre, nous planterons des vivaces et les fleurs de printemps. Nous aimerions  prendre le temps de visiter quelques jardins que nous aimons particulièrement, pour y rencontrer d’autres jardiniers passionnés, y glaner des conseil et trouver quelques inspirations. Il faut aussi que l’on travaille sur les ateliers que l’on souhaite organiser (on a pleins de choses à partager !), la logistique, l’organisation du site (cabanon, petite-serre, …) et aussi les aspects commerciaux et communication.

Côté financement : notre projet n’a pas été retenu par le concours Aviva, faute de vote suffisant. Le score réalisé est cependant très honorable, nous voulons remercier ici tous ceux qui ont pris le temps de voter pour notre projet (la procédure n’est pas évidente). Prudents, nous avions en parallèle présenté le projet à PIE (Paris Initiative Entreprise), un organisme qui soutient la création d’entreprise en abondant un prêt bancaire par un prêt personnel à 0%. Le jury a validé notre modèle économique et la démarche, nous discutons donc actuellement avec notre banquier un prêt pour financer notamment un vélo-cargo, un abri et une petite serre, ainsi que les plants de vivace pour la plantation d’automne.  

Notre première vente de fleurs !

Voici pour les nouvelles. Les trois premiers mois ont été assez difficile, physiquement d’abord, et, la fatigue aidant, moralement parfois aussi. Nous avons traversé une période de doute, où nous avons physiquement beaucoup donné sans trop savoir si notre travail allait porter ses fruits, si nos fleurs allaient intéresser du monde, si nous ne nous étions pas lancé dans une aventure un peu trop périlleuse… L’avantage d’être deux sur un projet est un soutien mutuel qui aide à avancer. Ce qui nous redonne de l’énergie aussi, ce sont les sourires et des encouragements du personnel de l’hôpital que l’on peut croiser sur les terrasses, des enfants ou des parents qui parfois nous regardent de loin, intrigués par ce jardin qui évolue. 

Depuis, les premières fleurs apparues, les canicules surmontées et les fleuristes rencontrés nous rassurent sur le sens et le réalisme de notre démarche. L’aventure continue !

Félix et Tran-Phi